Le streaming musical gratuit dans le collimateur d’Apple, des maisons de disque et des artistes.

Publié le 11 Mai 2015

 

Apple, accompagné dans sa démarche par les plus importantes maisons de disque, ferait actuellement pression auprès des sites de streaming musical afin qu’ils retirent leurs offres gratuites, dans l’attente du lancement de sa propre offre développée avec Beats Music, selon The Verge. Ce type de service, certes illimité, est pourtant souvent contraignant pour l’utilisateur, surtout sur le mobile.

Cela fait des mois en tout cas que les principales maisons de disques demandent davantage de restrictions concernant l’écoute musicale gratuite de leurs catalogues sur des plateformes comme Spotify ou Deezer. L’idée étant de restreindre au maximum l’écoute gratuite de leur catalogue afin de pousser les utilisateurs à choisir systématiquement un abonnement payant pour pouvoir en profiter.

Sur la plupart des plateformes de streaming musical, les internautes peuvent aujourd’hui écouter de la musique de manière illimitée, mais avec en contrepartie de la publicité, une qualité d’encodage moindre et surtout un mode de lecture aléatoire sur mobile (par artiste et/ou albums). Ils ne bénéficient évidemment pas non plus de la possibilité d’écouter de la musique hors connexion comme c’est le cas avec une offre premium.

 

 

 

Des offres entièrement payantes soutenues par les artistes

 

Autre signe que le streaming musical gratuit a de plus en plus de plomb dans l’aile, des plateformes comme Qobuz ou Tidal, spécialisées dans la diffusion de musique en haute-fidélité, ne proposent qu’un accès payant à leur service. Pour prendre l’exemple de Tidal, son offre comprend 25 millions de titres au format FLAC, sans perte de qualité, ainsi qu’environ 75 000 vidéos diffusés en haute définition. Contrairement à Spotify ou Deezer, ce sont ici les artistes qui dirigent le projet, à commencer par Jay-Z, Beyoncé, Madonna, Jack White, Kanye West, Rihanna, Daft Punk ou encore Taylor Swift, laquelle a donc choisi de mettre à disposition sur Tidal son catalogue de chansons alors qu’elle refuse de le faire sur d’autres plateformes.

Les artistes sont précisément en première ligne pour essayer de retirer un revenu convenable de la diffusion de leurs oeuvres en streaming, à l’heure où, pour la toute première fois, le chiffre d’affaire tiré du streaming a dépassé en 2014, aux États-Unis, celui des ventes de disques selon la RIAA.

Mécontents de leur mode de rémunération, de nombreuses vedettes refusent toujours de voir leurs chansons diffusées sur ce type de plateformes. Impossible par exemple d’y écouter le dernier Francis Cabrel. Dans ce contexte, la poursuite d’offres gratuites illimitées parait plus que jamais menacée.

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #Techno

Repost 0
Commenter cet article