La voiture autonome vulnérable aux cyber-attaques, selon des experts.

Publié le 1 Juin 2015

 

Le risque de voir des pirates informatiques prendre le contrôle de voitures autonomes est bien réel, estiment des experts américains, une hypothèse d’ores et déjà prise en compte par les constructeurs et les assureurs aux États-Unis.

Annoncées sur les routes en 2020, voire même dès 2017, la voiture sans conducteur devrait disposer des technologies dernier cri comme des capteurs numériques – caméras, radars, sonars, lidars (guidage par laser) – gérées à distance par des logiciels permettant de reconnaître des limites de chaussées, des panneaux ou encore des obstacles.

Mais, comme pour les automobiles connectées et leurs systèmes multimédias embarqués, ces nouvelles technologies de pointe censées rendre les véhicules plus sûrs et fiables, pourraient aussi les rendre vulnérables aux attaques de hackers, selon les sociétés de sécurité informatique américaines Mission Secure Inc (MSi) et Perrone Robotics Inc.

Un pirate informatique s’est récemment vanté d’avoir pénétré les systèmes électroniques d’un avion de ligne dans lequel il voyageait, et d’en avoir modifié la trajectoire. Ceci en utilisant le système wifi proposé aux passagers.

Les deux sociétés de sécurité ont effectué, en collaboration avec l’Université de Virginie et le ministère américain de la Défense, des tests en situation réelle qui ont montré, selon elles, qu’il était possible de désorganiser le système.

L’un des essais consistait à modifier le comportement de la voiture face à un obstacle: le piratage « oblige la voiture à accélérer au lieu de freiner même si l’obstacle a été détecté par le Lidar, entraînant une collision à grande vitesse », selon le rapport consultable sur le site internet de MSi.

Une autre cyber-attaque « provoque un freinage d’urgence inapproprié plutôt qu’un freinage en douceur, pouvant entraîner la perte de contrôle du véhicule », peut-on encore lire.

Selon ces experts, les pirates pénètrent le système grâce aux connexions sans fil, Bluetooth et wifi.

MSi et Perrone Robotics, qui développent un système payant pour parer les cyberattaques, estiment que « cette situation pose des défis importants et des risques pour l’industrie automobile ainsi que pour la sécurité publique ».

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #techno application

Repost 0
Commenter cet article