Essai du BlackBerry DTEK50: sécuritaire, mais pour qui?

Publié le 26 Septembre 2016

 

BlackBerry a lancé récemment son deuxième téléphone Android, le DTEK50. Alors que le PRIV était un appareil haut de gamme, le nouveau téléphone de la compagnie canadienne se veut plutôt un modèle abordable, qui conserve néanmoins toutes les caractéristiques reliées à la sé-curité de son grand frère. Un petit plus, pour un téléphone qui passerait autrement inaperçu.

 

 

 

 

Design
BlackBerry DTEK50

 

Le BlackBerry DTEK50 est un téléphone à l’allure simple, doté d’un écran de 5,2 pouces et d’un revers de plastique avec une finition texturée. Alors que BlackBerry offre généralement des de-signs uniques, le DTEK50 se fond dans la masse, en partie parce qu’il n’a pas été conçu par la compagnie canadienne, mais plutôt par l’entreprise chinoise TLC, qui fabrique aussi l’Alcatel Idol 4 similaire.

 

Seule caractéristique originale, le DTEK50 est doté d’un bouton personnalisable sur le côté. Ce-lui-ci peut être programmé pour différentes tâches, comme rédiger un message ou lancer une application spécifique. Le bouton est un peu trop difficile à enfoncer à mon goût, mais il s’agit d’un ajout quand même intéressant, que j’utilise constamment pour ouvrir l’application Gmail.

 

 

 

 

Performances
BlackBerry DTEK50

Comme son prix de 420$ sans entente l’indique, le DTEK50 est doté de caractéristiques moyennes, comme un processeur Snapdragon 617 et 16 Go de mémoire interne avec fente pour carte microSD. On aime toutefois ses 3 Go de mémoire vive et son écran 1080p plutôt joli.

Le téléphone manque malheureusement un peu de fluidité, mais pas d’une façon exagérée non plus. On sent parfois que le téléphone est lent, mais jamais au point de devenir désagréable.

Son appareil photo de 13 mégapixels est un peu plus décevant. S’il obtient la note de passage lorsque la luminosité est bonne, celui-ci déçoit lorsque l’éclairage est limité. Malheureusement, sa petite pile de 2610 mAh est pour sa part suffisante pour une journée moyenne, mais guère plus.

Le DTEK50 s’en tire dans l’ensemble plutôt bien, mais force est de constater qu’il est possible d’obtenir un téléphone aussi bon pour un peu moins cher, ou encore d’investir peu plus pour un appareil considérablement supérieur.
 

 

 


Logiciel: tout sur la sécurité
BlackBerry DTEK50

Le DTEK50 a néanmoins quelques atouts dans son jeu. Le BlackBerry DTEK50 est ainsi vendu comme étant le téléphone Android le plus sécuritaire sur le marché, et c’est probablement vrai.

Des éléments de sécurité ont en effet été ajoutés directement dans les composantes du télépone pour s’assurer que l’intégrité de son micrologiciel (ce qui est bien), et des outils permettent de s’assurer que son téléphone est bien protégé, en nous rappelant par exemple d’y ajouter un mot de passe.

La plus grande force de BlackBerry est toutefois sa feuille de route par rapport aux mises à jour de sécurité mensuelles d’Android. BlackBerry est fiable et régulier, et seuls les téléphones Nexus de Google et les Samsung Galaxy haut de gamme s’en approchent.

Alors que de nombreux téléphones avec des failles de sécurité importantes sont en circulation, le DTEK50 devrait quant à lui être constamment protégé contre les nouvelles menaces.

Pour le reste, l’interface logicielle du DTEK50 ressemble à l’interface normale d’Android Marshmallow, avec quelques modifications, notamment pour afficher les widgets sur l’écran d’accueil. BlackBerry offre aussi quelques outils et services sur son téléphone, comme le Hub, qui rassemble son agenda et ses principaux services de communication.

 

 

 

Ça vaut la peine?
Le DTEK50 n’est pas un mauvais téléphone, et il ne fait aucun compromis auquel on ne devrait pas s’attendre considérant son prix. À moins d’avoir un intérêt marqué pour la sécurité, force est toutefois de constater que le téléphone de BlackBerry ne se démarque pas suffisamment dans un marché surchargé.

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #téléphonie mobile

Repost 0
Commenter cet article