Tout Facebook Messenger accessible sur ordinateur.

Publié le 13 Avril 2015

 

Facebook vient de déployer une version Web de sa célèbre application de messagerie, Messenger. Il s’agit pour le réseau social de permettre de favoriser ses nouveaux usages, quel que soit l’écran et le type de terminal utilisé.

Une fois son adresse e-mail et son mot de passe correctement entrés sur le site Messenger.com, l’utilisateur peut librement échanger avec ses amis, faire usage des appels téléphoniques ou de la visioconférence, le tout exactement sous la même interface que celle présentée via l’application mobile.

Messenger suit ainsi la même logique que WhatsApp, l’autre très populaire service de messagerie instantanée détenue par Facebook et qui est également accessible depuis un navigateur Web depuis janvier 2015. Avec cette version Web, Facebook Messenger s’en va concurrencer non seulement WhatsApp mais également Skype ou encore Viber.

 

L’idée est surtout de permettre d’intégrer de nouveaux usages très rapidement, quel que soit le support utilisé pour se connecter à Messenger.

Pour rappel, Facebook expérimente, aux États-Unis seulement pour le moment, une nouvelle fonctionnalité permettant d’échanger de l’argent entre contacts via Messenger. Il suffit pour cela de choisir un contact puis de sélectionner une icône en forme de dollar une fois la fenêtre de conversation ouverte pour pouvoir entrer la somme que l’on souhaite transférer. L’ami crédité doit évidemment accepter la transaction pour qu’elle puisse être validée, chaque partie ayant au préalable enregistré un numéro de carte bancaire.

Facebook a également récemment lancé une toute nouvelle plate-forme permettant aux développeurs extérieurs de créer des applications s’intégrant directement à Messenger, qu’il s’agisse d’insérer des images animées ou des vidéos par exemple, mais aussi de favoriser par exemple le contact entre des marques et leurs clients, pour une plus grande réactivité.

Facebook revendique 600 millions d’utilisateurs de son application Messenger.

 

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #Reseaux sociaux

Repost 0
Commenter cet article