La voiture: futur lieu de travail?

Publié le 26 Octobre 2015

 

Avec l’arrivée annoncée des voitures autonomes au cours des prochaines années, faudra-t-il repenser le temps que l’on passe matins et soirs dans son automobile? Il semble que ce soit le cas, et les constructeurs automobiles commencent déjà à planifier comment adapter leurs véhicules en conséquence.

L’industrie automobile et les grandes compagnies techno convergent de plus en plus, alors que les Apple, Google, Mercedes-Benz et Volvo de ce monde investissent des ressources considérables dans le développement des voitures autonomes, qui pourront d’ici quelques années nous conduire d’un point A à un point B, sans qu’on ait besoin de toucher à son volant.

Un concept qui était futuriste il n’y a pas si longtemps, mais qui devient de plus en plus réaliste.

« Plusieurs véhicules vendus actuellement ont déjà des systèmes autonomes sophistiqués, et de plus en plus seront ajoutés au cours des prochaines années », explique le Dr. Axel Gern, chef de la conduite autonome au Centre de recherche de Mercedes-Benz pour l’Amérique du Nord (MBRDNA).

Selon ce dernier, l’autonomie partielle des véhicules devrait tout d’abord voir le jour sur les autoroutes, où les technologies seront plus faciles à implanter que dans les routes de quartier, partagées avec les voitures stationnées, les vélos et les enfants qui risquent constamment de traverser la rue d’une manière imprévue.

Si l’autonomie sur les autoroutes pourrait survenir d’ici les cinq prochaines années, il faudra d’ailleurs attendre plus longtemps avant de voir arriver des véhicules autonomes à 100%, qui pourront conduire dans n’importe quel type de route.

 

 

Du temps supplémentaire pour travailler

 

Que feront les travailleurs pendant que leur voiture les emmènera au boulot? Pour plusieurs, les minutes gagnées risquent bien de se transformées en heures de bureau étendues.

Bonne nouvelle pour eux – ou mauvaise, c’est selon -, les designers automobiles contemplent déjà différentes façons de faciliter le travail à bord des véhicules.

« C’est une tendance qui a déjà commencé en fait, si on regarde par exemple les voitures comme la Maybach S600, où le passager arrière est pratiquement comme dans la classe affaire d’un avion », estime James Liu, gestionnaire sénior de l’équipe de design au MBRDNA. Parmi les caractéristiques du véhicule haut de gamme, notons la possibilité d’y installer des tables pliantes à l’arrière pour y poser son ordinateur portatif.

« Nous verrons de plus en plus des caractéristiques du genre dans les voitures, tout d’abord pour les passagers, mais ensuite pour les conducteurs », poursuit-il.

À quoi pourront ressembler ces nouvelles fonctionnalités? Pour s’en faire une idée, il suffit de regarder la F 015, une voiture concept dévoilé par Mercedes-Bens au dernier Consumer Electronic Show (CES), qui représente la vision de l’entreprise pour 2030.

« Dans la F 015, on peut tourner les bancs pour créer une salle de conférence, on peut déplier une table, il y a des systèmes de vidéoconférence et les surfaces tactiles sur les portes peuvent être utilisées pour travailler », énumère le Dr. Alex Hilfiger von Thile, ingénieur logiciel au MBRDNA.

« Le F015 est un peu extrême, mais on se dirige dans cette direction », croit-il. « Les systèmes de vidéoconférences dans les voitures arriveront d’ailleurs très prochainement, dès que la conduite autonome sera prête », estime l’ingénieur.

 

 

Quelques considérations

 

Évidemment, ce n’est pas tout le monde qui profitera des heures sauvées pour travailler.

Dans la Silicon Valley, où les compagnies fournissent souvent des autobus spacieux à leurs employés pour se rendre au boulot, certains profitent de ce temps pour travailler,mais la plupart y voient plutôt une occasion pour se détendre, ou carrément dormir un peu plus.

Une chose est certaine, autant les employés que les employeurs devront éventuellement considérer la chose, et dans certains cas s’y adapter.

Est-ce que les réunions quotidiennes pourraient se faire le matin alors que tout le monde est en route ? Est-ce que les heures d’arrivée et de départ du bureau devront être revues? Les heures de déplacement seront-elles ajoutées aux heures travaillées, ou bien si la journée de travail sera réduite en conséquence?

Voilà quelques questions auxquelles il faudra s’attarder au cours des prochaines années, à mesure que nos véhicules se transformeront parfois petit à petit en de véritables bureaux ambulants.

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #techno affaire

Repost 0
Commenter cet article